Last Pretender Tome 1 et 2 – Shunji Etô


BD / mercredi, janvier 9th, 2019

Titre : Last pretender

Auteur: Shunji Etô

Dessin: Yoshiyuki Miwa  

Type: Shonen

Parution: 25 mai 2018

Editeur: Kana

|Résumé du tome 1|

Il est de coutume qu’un tournoi intergalactique entre filles soit organisé pour désigner celle qui épousera le prince héritier et deviendra la future reine. Le prince Kris, le principal concerné, a sa petite théorie : comme le sang des peuples les plus puissants coule déjà dans les veines de la famille royale, il lui paraît évident que la femme « la plus puissante » devra elle aussi faire partie de cette lignée. Kris a alors l’idée folle de créer son propre clone féminin, Kalki, afin qu’elle participe au tournoi et le remporte. Sauf qu’il n’a pas prévu qu’elle pourrait se retourner contre lui.

|Mon avis sur le tome 1|

Dans last pretender, l’univers est dirigé par les souverains de la planète terre.  À l’issue d’un tournoi intergalactique, la femme la plus puissante et donc gagnante de la compétition épousera le prince héritier pour devenir la future reine.

Le premier tome pose assez bien les bases de l’univers. Dans la première partie, une immersion dans la précédente compétition qui a sacré l’actuelle reine permet d’avoir une compréhension sur le fonctionnement de la compétition.

Cette nouvelle édition du tournoi intergalactique s’apprête à prendre une tournure pour le moins intéressante puisque l’actuel prince héritier n’a aucunement l’intention de se plier aux règles. Doté d’une intelligence hors normes et d’une curiosité maladive, il décide de créer son clone féminin. Pourquoi?  En possédant son patrimoine génétique hérité de plusieurs générations des combattantes les plus puissantes, son clone devrait surpasser ses adversaires. Mais ce que le prince n’a pas prévu, c’est que Kalki son clone se retourne contre lui et projette de le tuer après sa victoire.

Le prince héritier Kris est un personnage dont la curiosité ne connaît pas de limite. Heureusement Mimura l’ami de Kris (son partenaire dans son projet) est présent pour freiner Kris dans ses folies. Mimura est un personnage à travers lequel on s’identifie facilement tant il est aussi dépassé que le lecteur par l’extravagance de Kris.

Quant au personnage de Kalki, j’ai été agréablement surprise. Si elle partage certains réflexes de Kris, on découvre une personnalité bien différente. C’est dans le tome 2 qu’on en saura plus.

|Résumé du tome 2|

Kris et ses compagnons décident de poursuivre leur voyage avec Popolo, une fille originaire de Jana qu’ils ont rencontrée durant leur séjour sur Niguiz. Le jeune prince compte justement se rendre sur la planète natale de Popolo afin de permettre à Kalki d’apprendre une compétence indispensable au succès de ses futures batailles. Mais une fois là-bas, Kris va faire une étrange rencontre.

|Mon avis sur le tome 2|

Dans ce second volet, on en sait plus sur les réelles motivations de Kalki et son parcours quand elle sous l’influence de l’intelligence artificielle créée par Kris.

Le tournoi n’a pas débuté puisque les participants doivent d’abord  cumuler des points définis afin de se qualifier. Et cela nécessite d’affronter des adversaires. Un bon entraînement pour Kalki! J’ai bien apprécié les premiers combats.  Les dessins sont précis, clean et détaillés.

 

 

Ainsi de nouveaux personnages font leur apparition. Je pense à l’adorable Popola. Malgré sa faiblesse, cette jeune guerrière de la planète Jana se bat néanmoins pour une noble cause. Elle m’a touché car malgré ses lacunes, c’est une battante qui n’a pas peur de défendre ses convictions.

Aussi, j’ai été surprise par les révélations sur la reine faite sur la reine actuelle de l univers. Je découvre un aspect de sa personnalité que je ne connaissais pas. J’ai également apprécié les parties bonus transcrivant des évènements du passé qui permettent d’avoir des réponses, de mesurer et de comprendre certaines situations qui ont pu impacter le présent.

Last pretender est un manga sympathique qui traite de différents sujets intéressants, tels que les inégalités sociales, les différences et du sexisme.  

 

 

Commentaires :