Un bel âge pour mourir – Barbara Abel


DRAME, FICTION, LITTERATURE / samedi, octobre 20th, 2018

Auteure: Barbara Abel

Titre: Un bel âge pour mourir

Editions: Le masque (poche)

Nombre de pages: 445

Date de parution: mai 2015

Poche: 7,90 €  Numérique: 5,99 €

|Résumé|

D’un côté il y a France, soixante et un ans, propriétaire d’une galerie d’art au caractère bien trempé.

De l’autre il y a Marion, sa belle-fille, jeune mère célibataire et timide.

Entre elles, une maison.

France est-elle à l’origine des incidents qui visent à déloger Marion de la demeure familiale pour de sombres raisons financières ? Pour la jeune femme, cela ne fait aucun doute : même si France joue les grands-mères modèles, c’est elle qui a semé des sachets de mort aux rats sur le terrain de jeux. Mais Marion n’est-elle pas un peu fragilisée depuis la mort de son père ?

Contrairement à ce qu’affirment tous les parents du monde, les monstres existent bel et bien. Et les contes de fées se transforment parfois en véritable descente aux enfers…

|Mon avis|

Le marathon Barbara Abel continu avec cette oeuvre. Moins enthousiasmante que les autres livres que j’ai déjà lus de cette auteure, j’ai trouvé l’histoire quand même intéressante et addictive.

Tout commence par un tête à tête tendu entre un couple. L’issue tragique entre les deux personnages ne fait aucun doute, et on sent la tension de plus en plus forte. Quel est l’objet de la dispute? Une maison. Mais tout n’est pas aussi simple. Car ce bien va être la cause d’une succession d’événements pour le moins tragique…

Dans un bel âge pour mourir, Barbara Abel traite des rivalités féminines et de l’instinct marternel. On a d’un côté France, amatrice d’oeuvre d’art qui décide de vendre la maison de son défunt époux pour l’acquisition d’un tableau. Pour cela elle est prête à tout pour se débarrasser de belle fille Marion qui occupe les lieux. Et le meilleur moyen d’atteindre cette dernière est de passer par son enfant.

D’un autre côté, il y a Marion, qui a coupé les ponts avec son père et qui élève son fils dans la maison qui la vit grandir, le seule bien qui lui permet de se raccrocher aux souvenirs d’une mère aimante décédée trop tôt. Ce bien est tout ce qui la rattache à son passé.

Les coups bas, les menaces de France vont conduire Marion à fouiller dans le passé de sa belle mère. Elle va vite se rendre compte du danger que représente sa belle mère pour elle mais surtout pour son fils.

Ainsi au delà des rivalités entre ces deux femmes, un autre combat va prendre place. Celui de la rivalité maternel et à ce jeu, France semble bien s’y connaître. L’auteure traduit avec beaucoup de réalisme la descente aux enfers de cette jeune mère. Le portrait de ces deux jeunes femmes dont les épreuves de la vie ont façonnés est fait avec brio.

La plume de Barbara Abel est toujours aussi agréable et facile à lire. Un auteure que je prends toujours autant de plaisir à lire.

Commentaires :