Une chanson pour Ada – Barbara Mutch


DRAME, FICTION / mardi, février 13th, 2018

Titre: Une chanson pour ADA

Auteure: Barbara Mutch

Éditions: Presse de la cité

Date de sortie: Mai 2013

Nombre de pages: 416

|Résumé|

 

Ada naît dans les années 1930 à Cradock House, demeure de la famille Harrison. Fille illégitime de la domestique noire, elle grandit aux côtés des deux enfants du couple. Elle ne va pas à l’école, mais Cathleen Harrington, la maîtresse de maison, lui apprend à lire. Remarquant son intérêt pour la musique, cette dernière entreprend de lui enseigner le piano, en dépit des réserves de son entourage.

Ada a beau s’avérer une élève assidue et une pianiste très douée, ses perspectives d’avenir semblent cependant bien limitées dans un pays où la situation entre Blancs et Noirs se durcit de plus en plus. L’année de ses dix-huit ans, alors que la politique de l’apartheid est mise en place sur l’ensemble du territoire, Ada est violée par Mr. Harrington. Enceinte, elle se réfugie chez l’une de ses tantes, dans un township. Son talent pour la musique et l’amitié qu’elle partage avec Mrs Harrington vont se révéler ses meilleurs alliés dans un monde où, mère d’une enfant métisse, elle n’a nulle part sa place.

|Mon avis|

Hello les ami(e)s je vous retrouve pour vous donner mon avis sue un livre qui m’a bouleversé. Il raconte le destin surprenant de deux femmes Ada et Cathleen  unie par une profonde amitié qui dépassant les barrières raciales durant la période de l’apartheid.

Je vais commencer par vous résumer brièvement cette belle histoire. Quand quelques années plus tôt Cathleen quitte l’Irlande, elle vient s’installer auprès de son époux Edward dans la région du Karoo en Afrique du Sud. Elle se lie d’une belle amitié avec sa domestique noire. Quand cette dernière met au monde Ada, la maîtresse de maison tombe sous le charme de la fillette qu’elle considère comme un membre de sa famille. Elle décèle le potentiel d’Ada, et décide de lui apprendre à jouer du piano. Cathleen, la maîtresse de maison  a deux enfants. Phil, tout comme sa mère est attachant, gentil et apprécie la petite Ada qui occupe de plus en plus de place dans son cœur. Quant à Rosemary, sa jeune sœur, elle est raciste et ne laisse passer aucune occasion de rabaisser Ada.

Au fur et à mesure du temps, la ségrégation, le racisme grandit et le fossé se creuse entre les communautés. Alors quand Ada perd sa mère et apprend qu’elle attend un enfant (après un viol), elle s’enfuit et se réfugie auprès des siens dans un township où elle devient une enseignante de piano. Elle y met au monde sa fille métis. Malheureusement un fossé se crée entre elle et les siens, qui voient en la peau métis, le signe de la trahison d’ Ada envers sa race.

Je connaissais les métis. Ils étaient à mi-chemin entre les gens de la race du maître et de madame et les noirs.Ce n’est que pendant que la guerre, que quand ils sont devenus soldats et ont combattu aux côtés des soldats blancs, que les gens avaient été fiers d’eux. Mais aujourd’hui, ils n’ appartenaient à aucune communauté.

Ainsi va commencer le combat et la solitude d’Ada tiraillé entre son affection pour Cathleen, sa maîtresse et sa communauté qui souffrent des brimades et aspire à un meilleur avenir.

Ce livre m’a littéralement bouleversé. J’ai beaucoup apprécié la construction des personnages. J’ai eu beaucoup d’admiration pour Ada que j’ai trouvée attachante, intelligente et courageuse. Le fait que cette histoire est narrée par Ada crée une proximité avec le lecteur qui se trouve projeté au sein de cette période douloureuse. J’ ai pleuré face à sa détresse, j’ai souri devant son insouciance, j’ai été en colère, bref un feu d’artifice d’émotions aussi fortes les unes que les autres. J’ai été avec Ada à chaque ligne et je n’ai pu être qu’en admiration face à l’évolution de ce personnage qui va grandir au fil des pages et se redécouvrir.

J’ai également été touché par la maîtresse Cathleen que j’ ai trouvée juste formidable. Elle est en grande partie celle qui va bouleverser le destin d’ Ada. Dans un pays où les lois sur l’apartheid voyaient le jour, elle a pris des risques pour Ada, qui était devenue comme une fille de substitution. Car même si les lois étaient contre les noires, les blancs qui agissaient à l’encontre de ces lois pouvaient avoir des représailles. Elle a pris beaucoup de risques pour la jeune Ada.

Ceux qui dirigeaient mon pays ont commencé à faire de nombreuses lois nouvelles contre la peau. J’en connaissais certaines, comme celles qui précisaient que les noirs étaient moins importants que les blancs, et qu’il fallait être né dans un lieu ou y avoir vécu longtemps avant d’être autorisé à y rester. Une loi que j’ignorais disait qu’il était illégal pour un blanc et une noire de coucher ensemble […] si vous étiez découvert vous pouviez aller en prison.

On apprend un peu plus sur cette grande  ( Cathleen) à travers des extraits de son journal intime. Cela a apporté un vrai plus car j’ai eu l’impression de me plonger dans son intimité.

En plus des personnages que j’ai trouvés remarquable, la thématique de la musique apporte une poésie et un aspect original et agréable qui rendent cette lecture exceptionnelle. C’est la musique qui va jouer un rôle dans le destin de ces deux femmes mais plus dans celui d’Ada.

Pour les sceptiques qui peuvent penser que ce livre est un cours sur l’apartheid ( où un livre d’histoire), il n’en est rien. Ils recèlent beaucoup d’ingrédients comme l’amitié, l’amour, le courage, la force des sentiments, le pouvoir de la musique. Cette diversité de points traités en fait une lecture addictive et dynamique. Ce livre montre également à quel point les actes peuvent influencer la vie et le destin des gens autour de nous.

Je n’ai pas vraiment les mots pour décrire la force et la beauté de ce roman. Cette lecture a été profonde et riche en émotions. J’ai été touché et attristé par la tournure de certains évènements. Mais c’est comme ça. Ce livre est une fiction même si on a des références réelles qui sont mentionnées. Mais je n’ai sincèrement pas eu l’impression que ce soit de la fiction. Cela montre à quel point cette histoire est cohérente et bien construite. J’ai eu l’impression de lire des témoignages. Je suis sortie de cette lecture vide, émue et touchée. Une chanson pour Ada est un coup de cœur et je suis très heureuse de l’avoir lu.

J’espère de tout mon cœur que vous le lirez. Il en vaut vraiment la peine.

|Ma note|

 

10/10

Commentaires :