Je ne meurs pas avec toi ce soir – Kimberly Jones et Gilly Segal


FICTION, YOUNG ADULT / jeudi, juillet 9th, 2020

Auteure : Kimberly Jones et Gilly Segal

Titre: Je ne meurs pas avec toi ce soir

Editions: Milan

Nombre de pages: 248

Date de sortie:  24/06/2020

  RÉSUMÉ

MON AVIS 

Campbell vient d’aménager dans une nouvelle ville où elle entame sa dernière année de lycée. Elle peine à s’intégrer et se faire des amis. À l’opposée, Lena est une adolescente populaire dans le même lycée.

Le vendredi soir, une rencontre sportive oppose deux lycées entre lesquels les tensions sont vives. Il ne suffira que d’une petite étincelle pour que tout s’embrase. Ce qui était au départ une dispute entre deux étudiants blanc et noir va dégénérer en une situation explosive. Ce soir-là, Léna et Campbell vont devoir s’allier pour s’en sortir indemne et rentrer chez elles.

Dans ce roman, on suit le périple de ces deux adolescentes au moment de ces émeutes. Au cours de cette nuit, chacune va apprendre beaucoup de l’autre. Léna est noire et Campbell est blanche. Cette différence va se ressentir au fur et à mesure de leurs échanges, et de leur comportement dans la gestion de ces heures angoissantes. On est ainsi plongé dans une situation analysée et ressentis sous deux points de vue assez différents, motivés par leurs expériences personnelles. Par exemple, lorsque la police arrive pour atténuer la situation, Léna devient anxieuse et est certaine que tout va s’empirer. Son image de cette institution est très négative. Tandis que Campbell de son côté est soulagé et ne comprend pas les réactions de sa camarade.

Au fur et à mesure de leur parcours, elles vont devoir apprendre à dépasser leurs préjugés. Les échanges entre les deux jeunes femmes vont déboucher sur des sujets importants liés au racisme. À travers le personnage de Léna, on apprend énormément sur la problématique des micro-agression auxquels sont confrontés les personnes racisées. Les expériences vécues par cette dernière et son regard sur les choses sont révélatrices de la réalité du racisme dans nos sociétés. Quant au personnage de Campbell, elle représente toutes les personnes qui n’ont pas forcément conscience de leur maladresse dans certaines situations. En effet, elle est issue d’un milieu relativement privilégié et n’a pas été confronté à certaine réalité. Elle est la preuve que la société façonne notre façon d’interagir et comment notre rapport avec les autres peut s’en trouver biaisé. L’apprentissage qui va découler de sa proximité avec Léna va être enrichissant. C’est parfois l’ignorance ou la maladresse qui crée certaines situations. Encore faut il être ouvert et accepter d’apprendre de ces erreurs et s’éduquer.

Ce roman soulève des questions intéressantes qui nous concerne tous, quelles que soient nos origines. À la fin de cette lecture, on peut ressentir une certaine frustration. J’aurais aimé savoir la façon dont les choses évolueraient ensuite. Néanmoins, je trouve que l’idée de concentrer l’intrigue sur cette seule nuit, est intéressante. Cela permet de se focaliser sur certains sujets notamment, les causes et les conséquences de ces émeutes et les réalités qu’elles cachent. On nous présente ainsi une vision des choses qu’on n’a pas l’habitude de voir. L’angoisse et la tension sont présentes au fil de la lecture, car on a peur pour nos héroïnes qui devront faire preuve de réactivité. Chacune a à un moment ou l’autre son moment de faiblesse, et l’autre prend immédiatement le relais pour gérer la situation.

Par ailleurs, cette intrigue renferme quand même de petites faiblesses où des aspects pouvant prêter à confusion. 

Les personnages: difficile de s’attacher à ces deux adolescentes. Léna et Campbell peuvent être agaçantes. L’une est passive, l’autre impulsive et bornée (pour les mauvaises raisons). Néanmoins, essayons de replacer cela dans le contexte. Elles sont adolescentes, et se retrouvent dans une situation stressante. Est ce qu’on aurait réagi différemment? Leur réaction face à certaines situations et les choix qu’elles feront ont parfois eu raison de ma patience. Même si ça peut être lourd, des personnes comme elles, ça existe dans la vraie vie. Cependant, j’ai bien aimé l’évolution de leur relation.

La crédibilité du récit : Dans le résumé, on nous laisse entendre que c’est la bagarre de l’école qui va se transformer en émeute et toucher la ville. Si c’est le cas, bon beh ce n’est pas ce que j’ai compris. Euh non, Sérieux ? À moins que je me sois emmêlé les pinceaux en lisant, c’est une autre situation politique qui va mettre le feu aux poudres dans la ville. Et ça ce n’est pas pareil. Je trouvais peu crédible qu’une bagarre entre adolescents prennent une telle ampleur. Après, c’est vrai que les tensions raciales déjà présentes entre les deux parti opposées ont aussi eu un effet boule de neige.

L’intrigue : l’action est assez présente et tant mieux, car ça rattrape beaucoup de choses. Certains aspects sur le racisme auraient pu être approfondis. On peut vite avoir l’impression que des thématiques ont été survolés. Je trouve au contraire que ce livre traite des faits réels qui peuvent sembler légers ou banaux mais qui ne le sont pas (remarques maladroites et racistes) . C’est intéressant d’aborder cet autre visage du racisme. Ces micro agression qui peuvent sembler banales mais ne le sont pas.

Je pense qu’au final, malgré quelques petites faiblesses, je vous conseille de le lire. C’est un roman à mettre entre toutes les mains, car il soulèvera des débats et des réflexions sur le racisme. Il est un bon moyen de s’éduquer et de se mettre à la place de l’autre pour dépasser les préjugés.

Commentaires :