Rencontre Auteur(e) #004- Interview avec Iman Eyitayo


INTERVIEW / dimanche, juin 21st, 2020

J’ai le plaisir de vous proposer une interview avec Iman Eyitayo. Elle est l’auteure de plusieurs œuvres littéraires parmi lesquelles, la série jeunesse Abiola et la série young adult cœur de flemmes. Iman a bien voulu partager avec nous son parcours d’écrivain et les coulisses de l’écriture de sa dernière romance intitulé un imprévu de taille dont vous trouverez ma chronique par ICI.

Pourrais-tu te présenter aux lecteurs.rices ?

Iman, 32 ans, « presque » toutes mes dents 😉

Née en 1988 au Bénin, je raconte des histoires depuis mon plus jeune âge. Inspirée de jeux vidéo, de cultures étrangères et passionnée de mangas, je commence très jeune à réaliser des bandes dessinées que je partageais en secret avec ma petite sœur. Je ne me mets à l’écriture que beaucoup plus tard, lorsque je tombe sur de vieux dessins de mon enfance. Je décide alors de peaufiner ma toute première œuvre, et c’est ensuite ma sœur et quelques proches qui m’encouragent à la corriger et à la publier en auto-édition.

En dehors de l’écriture, je suis une hyperactive touche-à-tout et autodidacte qui aime apprendre, voyager, découvrir des langues étrangères (pour l’anecdote, j’ai appris le chinois sur internet et le parle couramment depuis), écouter de la musique, regarder des séries de toutes origines, dessiner de temps en temps et jouer à des RPG japonais (jeux vidéo). Ayant vécu dans 5 pays différents (étalés sur presque tous les continents) et visité plus d’une dizaine d’autres pays, je suis polyglotte et ai un parcours international qui me rend curieuse de tout. J’essaie de m’inspirer de tout ça, ainsi que des gens que je croise dans la vie, pour mes ouvrages 

Comment a débuté ton parcours d’écrivain ? 

J’y réponds un peu dans la question précédente ☺ Lors d’une période particulièrement difficile de ma vie, je suis retombée sur des dessins de mon enfance… et c’est ainsi que tout a débuté !

Aujourd’hui, tu as 20 livres à ton actif. Quel est ton secret pour tenir ce rythme d’écriture et quelles sont tes sources d’inspiration. 

20 ? Déjà ?!? Je ne me rendais pas compte ! Mon secret… wow, ça semble mystique présenté comme ça… LOL. En fait, je ne sais pas trop. Je suis un peu hyperactive, du coup quand je me lance dans un projet, j’ai tendance à ne rien lâcher… jusqu’à ce que je m’écroule d’épuisement pour plusieurs mois ! Ceci dit, j’ai quand même quelques règles immuables afin de ne pas trop me laisser aller (ou en faire trop) :

Je me donne un objectif chaque année

Je me force à prendre des pauses après une longue période d’écriture sinon j’explose

Je n’écris surtout pas tous les jours (Personnellement, je ne supporte pas ce rythme, qui a tendance à « m’emprisonner ». J’ai besoin de période d’écriture et de périodes de pauses. Mais chacun est différent là-dessus. Et puis, avec le travail, je ne pourrais pas… )

J’essaie de ne pas entamer « trop » de séries télé, sinon je suis fichue ! LOL.

Quand je suis dans une histoire et que je bloque, je passe à une autre histoire plutôt que de rester coincée. Ça finit par revenir, le plus souvent.

Je lis beaucoup, et sous tous les formats (papier, numérique, audio) ! Je lis environ 80-100 livres par an.

Es-tu écrivain à plein à temps ? Sinon, comment arrives-tu à concilier ce métier avec d’autres activités. 

Non ☺ Je travaille à temps plein à côté dans le secteur informatique.

J’essaie d’écrire les week-ends, sur mes congés, dans les transports quand je peux ou certains soirs quand je ne suis pas trop crevée. 

Dans tes romans, tu surfes sur plusieurs genres (SF, fantasy, fantastique, romance) ciblant les enfants et les jeunes adultes. Quelle est la difficulté de passer de l’un à l’autre. As-tu une préférence ?

Ces genres sont en effet différents avec des contraintes différentes (langages, but, structure, développement de personnages ou d’univers, etc.). Les différences sont très nombreuses !

Un exemple : la première fois que j’ai écris pour du jeunesse (la saga Abiola), j’ai eu beaucoup de mal. Bien que le texte soit court, il m’a fallu le préparer presque 5 ans avant de m’y mettre. Après, j’ai eu besoin de lire beaucoup de ce type d’ouvrages pour comprendre leur structure, et me faire aider par une correctrice spécialisée dans le genre pour le niveau de langage. Ce ne fut pas simple, mais j’ai pris le pli depuis 😉

À noter que la difficulté et l’adaptation se sont avérés nécessaires à chaque changement de genre : pareil en passant à la SF, au fantastique, à la romance, etc. Ca n’a pas été facile, mais aujourd’hui je suis ravie de l’avoir fait ! J’adore le challenge et le fait de continuer à apprendre en écrivant ! 

Si j’ai une préférence… dur de trancher, mais je pense que oui ☺ Je crois que j’ai une petite préférence pour la cible jeunes adultes et le genre de la Fantasy (exemple : ma saga Cœur de flammes)

Quel est le livre dont tu es la plus fière et pourquoi ?

Wow, encore une question difficile ! En vérité, je suis fière de beaucoup de mes ouvrages, et pour différentes raisons, du coup en choisir un m’est impossible… du coup je vais en citer quelques-uns.

La saga « Les aventures d’Abiola » : parce que c’est exactement ce que j’aurais voulu lire à cet âge, une saga qui parle de héros internationaux (dont une africaine) et qui explore une mythologie locale comme cela a été fait pour la mythologie grecque. Pour moi, écrire ce livre, c’était presque une mission. 

(c) imaneyitayo.com/ Abiola T1 à T3

La saga « Cœur de flammes » : parce que c’est ma première saga, que j’adore cette histoire qui fut la première à germer de mon esprit, et parce que je suis particulièrement attachée à chacun de ses personnages.

(c) imaneyitayo.com / coeur de flammes T1 – T5

La romance « Un imprévu de taille » : parce que je tenais à écrire un roman sur la dépression, mais qui reste agréable à lire et pas « déprimant »  

Je vais m’arrêter là, sinon je ne finirai jamais !

Ta romance, un imprévu de taille traite de suicide et de dépression. Pourquoi avoir choisir de parler de sujets aussi difficiles. Comment as-tu vécu cette expérience d’écriture ? Et combien de temps il t’a fallu pour mener ce projet à son terme. 

J’ai choisi ce sujet pour une raison simple : il me parle personnellement. J’ai donc voulu le mettre en mots pour, pouquoi pas, aider d’autres personnes à détecter cette maladie ou à minima mieux la comprendre.

L’expérience d’écriture fut assez longue, comparé à d’autres projets, car je voulais absolument en faire une lecture agréable (j’espère y être arrivée !). Je crois bien que ça m’a pris entre 2 ans et demi et trois ans, en va-et-vients avec d’autres projets.

Dans un imprévu de taille, tu as choisi de nous faire découvrir la ville de Grenoble. Est-ce que ce choix est motivé par une raison particulière ?

Aucune raison particulière, excepté que j’y ai vécu quelques années pour mes études et que j’ai adoré cette ville !

Quels sont les trois mots qui décriraient au mieux ce roman contemporain.

Aimer – Vivre – Croire aux lendemains

Qu’as-tu envie de dire aux lecteurs pour leur donner envie de découvrir l’histoire de Camille et Debbie. 

Je leur dirais de se lancer s’ils ont envie de lire une jolie romance, ou simplement de découvrir des êtres très différents dans leur authenticité, mais que la vie et les épreuves vont rapprocher ☺ 

As-tu d’autres livres en préparation et des sorties prévues prochainement ?

Toujours !

Le tome 2 de ma saga Voyageuse est prévu pour cette fin d’année (corrections et couverture en cours…)

Je prépare le chantier de la suite de la saga « Les aventures d’Abiola »

Je finalise l’épisode 3 de ma saga romantique « un service explosif », et réfléchis déjà à l’épisode 4, qui clôturera la saga

Je débute tout doucement un projet secret…

Un petit mot pour la fin ?

J’ai déjà pas mal parlé, alors… n’hésitez pas me suivre sur les réseaux sociaux pour en découvrir davantage sur mes écrits !

Instagram/Twitter @imaneyitayo

Facebook @imaneyitayoauteur

Mon site internet : www.imaneyitayo.com (j’envoie une newsletter tous les 2 mois environ à ceux qui s’y inscrivent, afin de vous tenir au courant des gros projets)

J’espère que comme  moi vous avez passé un moment sympathique en compagnie de Iman Eyitayo. N’hésitez pas à suivre son actualité sur ces réseaux sociaux.

Commentaires :